../s3_ae.gif Dossier sur le poste avancé de Roussy_le_village avec une participation de Sylvie_Laure_Lambert et Michel_Truttmann. E_R_Cima ©2021.

Poste avancé GRM de Roussy_le_Village.
SF Thionville.

Avant-propos.

Avant-propos.

Le poste avancé de la Garde Républicaine Mobile (GRM), situé dans Roussy_le_Village (département de la Moselle), est un élément de la ligne Maginot.
Totalement restauré par les Bâtiments de France, il a suscité un intérêt tout particulier lorsque, le 10 novembre 2021, son ouverture aux visites publiques a été inaugurée par de nombreuses personnalités officielles.
Nous y étions avec des amis « maginotphiles » ainsi qu'avec notre ami, Truttmann_Michel, invité à y faire une conférence sur... la ligne Maginot !

x
Prise de vue nocturne du poste avancé restauré.
Photo que nous avons eu le plaisir d'acheter au club photo Rodophotos.


Localisation.

Localisation sur une carte IGN.


Inauguration.

Inauguration du poste avancé.

x x x
Carton d'invitation permettant de voir le nom des personnalités présentes.


x x x x
Quelques photos de la cérémonie.
Photos Truttmann_Michel.


Conférence de Truttmann_Michel.

Extraits de la conférence de Truttmann_Michel.

Quelques généralités sur la ligne Maginot.

La ligne Maginot fut créée pour :

Parallèlement à la frontière, elle est essentiellement constituée :

Garde Républicaine Mobile (GRM), Gardes Frontaliers et 168e RIF.

Pour garder en permanence les « postes avancés » (avant-postes fortifiés ou non et maisons fortes de plusieurs types), les GRM (Gardes Républicains Mobiles) furent implantés dans la zone frontière.

Organisés en pelotons (le plus souvent motorisés), ils dépendaient d’une compagnie, elle-même appartenant à la 7ème et à la 4ème Légion de GRM.

La compagnie (par exemple la 1ère à Thionville, quartier Chevert) disposait, en outre, de casernes implantées au plus près des avant-postes (Rustroff, les Sierck, par exemple). On y stockait l’armement, on logeait les GRM assurant par rotation d’un petit détachement les gardes permanentes.

Ces deux légions couvraient la Région Fortifiée (RF) de Metz et celle de la Lauter. Leur action de défense de l’avant, de surveillance et de renforcement de la présence militaire était complétée par celle de sections de gardes frontaliers issus des villages de cette bande frontière. Ces derniers étaient encadrés et instruits sous la direction d’un GRM. Dans le secteur de Roussy-le-village, le 3ème bataillon du 168ème RIF assurait également une mission de couverture de la zone.

À la mobilisation, les unités de gardes frontaliers furent progressivement dissoutes, les soldats rejoignant alors des affectations d’origine.

Intégrés aux armées en campagne avec les groupes de reconnaissance divisionnaire, les GRM firent preuve d’un bel esprit de défense, déplorant des morts et blessés que ce soit au moment de l’offensive sur la Sarre (septembre 1939), de l’occupation de Forbach par l’ennemi en 1939-40 et de l’invasion du Luxembourg et de la Belgique le 10 mai 1940.
Ils reçurent en mai-juin 1940 d’autres missions justifiées par l’évolution de la bataille de France.

Exemple de poste avancé de la GRM.

x
Schéma d'ensemble du poste avancé de Fixem (SF_Thionville) dessiné par Truttmann_Philippe pour son livre : « La muraille de France ». Editeur Klopp.

Le blockhaus, élément central du dispositif, a une quadruple mission :
Le casernement accolé au blockhaus est un « additif » indispensable.

Les postes avancés doivent être occupés en permanence, que ce soit en période de guerre, de tension diplomatique ou en temps de paix. Ils sont, en quelque sorte, les sonnettes d'alerte de la Position de Résistance. Comme leur personnel ne peut pas être indéfiniment logé dans des abris souterrains souvent humides, un casernement accolé au blockhaus est une solution simple et aisée à mettre en oeuvre.

Le poste avancé de Roussy_le_Village en mai 1940.

Le poste avancé, aux ordres du lieutenant Sauter (chef de peloton du secteur), avait fermé sa barrière antichar.

Le DMP dépendant du poste avancé (dispositif identifié sous le n°77) était placé sous une pile du petit pont enjambant le ruisseau Altbach, à l'entrée de Roussy_le_Village.
Le 12 mai 1940, le chef de poste écrit le rapport suivant : «(...) Ayant reçu l'ordre écrit de mise de feu du 77, le 11 Mai à 23 heures, j'ai procédé à la destruction du dispositif 77 qui a parfaitement fonctionné. J'ai pu me rendre compte des effets produits : une brèche de 10 mètres de long sur toute la largeur de la route, le pont est entièrement détruit. »



Visite du poste avancé.

Visite du poste avancé.

Les extérieurs.

x
Photo Lambert_Sylvie_Laure.

Cette photo nous montre l'ensemble restauré du poste avancé avec :


x

Le 11 novembre 2021. Groupe de reconstitution.
Photo Cima_Evelyne.


x

Une personne du Groupe de reconstitution prend la pause-photo dans la guérite.
Photo Cima_Evelyne.


x

Le blockhaus principal vu depuis l'intérieur de la guérite.
Photo Lambert_Sylvie-Laure.


x

Blockhaus principal à 6 créneaux pour FM.
Le casernement a une entrée unique. On la voit sur la gauche de la photo.
L'accès au blockhaus se fait uniquement à partir de l'intérieur du casernement.
Photo Cima_Evelyne.


x

Entrée indépendante du petit blockhaus arrière.
Photo Lambert_Sylvie-Laure.


x

Façade opposée à celle de l'entrée du bâtiment. En 1940, accolé à cette façade, il y avait un garage pour les véhicules du poste avancé.
Photo Lambert_Sylvie-Laure.


x

Le créneau de FM du petit blockhaus arrière.
Photo Lambert_Sylvie-Laure.


L'intérieur du casernement.

Dans le casernement, chambre d'officier, chambre de repos (des autres personnels), salle commune et cuisine abritent des expositions intéressantes de collections d'objets et de photos d'époque. Seules les latrines sont repérables au premier coup d'oeil.
Dans le blockhaus, le matériel d'époque n'a pas encore été installé.

x

Casernement. Un mannequin attend les visiteurs.
Photo Cima_Evelyne.


x

Casernement. Ici, il y a bien aussi un mannequin, mais il est au centre de la photo. Les deux autres personnes sont des membres du groupe de reconstitution présents les 10 et 11 novembre 2021.
Photo Cima_Evelyne.


x

Casernement. Ici ce sont les « latrines_à_la_turque ».
Photo Cima_Evelyne.


Particularités des fenêtres du casernement.

x x x

Casernement. Les fenêtres on des volets intérieurs (et non extérieurs). De plus, ces volets sont blindés (acier de 15mm d'épaisseur) et sont à trois vantaux : deux vantaux sur le volet gauche et un vantail sur le volet droit.

Explication : le volet droit est percé pour recevoir une arme (3ème photo) et, en cours de tirs, il est plus stable avec un seul petit vantail qu'avec un grand vantail ou deux vantaux !
Photo Cima_Evelyne.


L'intérieur du blockhaus.

x

Blockhaus. Sur cette photo on ne voit que 3 des 6 créneaux pour FM.
Dans un avenir proche, gageons que seront mis en valeur : le téléphone d'alerte, le système de commande à distance de la barrière antichar, ainsi que le coffre de mise de feu du DMP.
Photo Cima_Evelyne.


En guise de conclusions :

En Moselle, près de 80 implantations fortifiées et casernements de GRM dans la zone frontière furent créées à partir de 1936.
Elles demeurent encore en place pour quelques-unes, souvent dans un état d’abandon, voire de grand délabrement.

L’initiative de conservation et de mise en valeur prise par la municipalité de Roussy-le-Village avec notamment le soutien de la direction du patrimoine, de la mémoire et des archives du ministère des armées et celle de la fondation du patrimoine est assurément une très belle action mémorielle qui mérite d’être saluée.

Merci à toute l’équipe municipale pour son engagement !


.
.
.
.
.
.
.
.
Retour à la page d'accueil
E-R Cima, kaff.