../s3_ae.gif Dossier sur le « Bastion » de Menton. E_R_Cima ©2022.

Le « Bastion » de Menton.
Sud-Est de la France.

Présentation du Bastion de Menton.

Présentation du Bastion de Menton.

x

Le Bastion vu depuis le quai Napoléon III (photo Cima Evelyne de 2021).
Sur le Bastion flottent deux drapeaux : celui de la France et celui, bleu et blanc, de la ville de Menton.

x

Le Bastion vu depuis la promenade du soleil.
La crête de la montagne, sur la partie gauche de la photo, est la crête frontière franco-italienne.
Les montagnes, sur la partie droite de la photo, sont en Italie.

x

Le Bastion vu depuis le quai de Monléon.


Localisation du Bastion sur une carte IGN.

x


Le Bastion est un musée depuis 1966

x

Photo Cima Evelyne.

Comme on peut s'en douter en voyant cet édifice, à l'origine (construit entre 1636 et 1639) il avait une vocation militaire. Nous en reparlerons plus loin...

Actuellement, il est la propriété de la ville de Menton qui, fin des années 1950, début des années 1960, l'a transformé en « musée Jean Cocteau ».
Le maire de la ville, à l'époque Francis Palmero, avait proposé au célèbre Jean Cocteau de décorer la salle municipale des mariages. Puis, alors que l'artiste était à Menton, il lui avait suggéré de transformer le Bastion délabré en lieu d'exposition de certaines de ses oeuvres.

Jean Cocteau avait accepté avec plaisir, participé aux décors du futur musée, suivi l'avancement des travaux, et en 1966 le musée avait été inauguré mais... sans Jean Cocteau, décédé trois ans plus tôt !


Bastion et princes de Monaco.

Le Bastion et les princes de Monaco.

Un blason.

x

Blason des Grimaldi, princes de Monaco.
Blason fuselé d'argent et de gueules.


x

Cette photo montre vaguement, dans le cercle, une sculpture blanche représentant le blason des Grimaldi, princes de Monaco. Mais cette sculpture n'est pas en couleur (...)

x

(...) aussi, certains soirs, la municipalité projette-t-elle des photos en couleur sur le Bastion. Ici, la projection rend tout particulièrement visible ce blason.

Un médaillon.

x

Médaillon à l'effigie du prince Honoré II (1597-1662) de Monaco.
Ce médaillon a été photographié en 2022 à l'intérieur du Bastion de Menton.

Lorsque on voit le blason des princes de Monaco sur la façade du Bastion, puis le médaillon du prince Honoré II à l'intérieur du même édifice, on se pose inévitablement la question suivante : quels liens y a-t-il donc entre le Bastion et la principauté de Monaco ?

Nous allons répondre à cette question en tentant d'être le plus concis possible sur une petite partie de l'Histoire de Monaco.

Honoré II.

Jusqu'à Honoré II, pendant près de 100 ans les Grimaldi, seigneurs de Monaco, Roquebrune et Menton avaient été sous la pesante « protection » d'une garnison du roi d'Espagne.

En 1612, Honoré II, excédé par cette dépendance à l'Espagne, prend le titre de prince de Monaco, titre reconnu par le roi d'Espagne qui maintient cependant son emprise sur la nouvelle principauté.

Afin de s'affranchir de ce protectorat, Honoré II joue de diplomatie et fait construire le Bastion de Menton afin de protéger sa ville contre toute attaque, entre autres espagnole, venue de la mer. Les travaux de construction de l'ouvrage militaire vont durer de 1636 à 1639.

Conjointement, il se rapproche de Louis XIII, roi de France, avec lequel il signe le traité de Péronne en 1641.
Par ce traité, le roi reconnait la souveraineté de Honoré II sur les villes de Monaco, Roquebrune et Menton. De plus, une garnison de cinq cents hommes, entretenue par le roi, sera stationnée sur le territoire princier, non pas aux ordres du roi, mais à ceux directs du prince !


Ces quelques rappels d'Histoire montrent pourquoi le Bastion est empreint de marques liées à la principauté de Monaco.


L'environnement du Bastion a changé, au cours du temps.

L'environnement du Bastion a changé, au cours du temps.

Problème de pont-levis !

x

Pour visiter le musée du Bastion, on entre par la porte située au niveau de la rue, sous la voûte centrale.


x

En regardant de plus près la photo précédente, on voit la présence d'une autre porte, située au-dessus de celle d'accès au musée.
Et cette autre porte est surmontée par deux fentes verticales de passage des chaînes ayant jadis servi à manœuvrer un pont-levis !

Le dessus des voûtes n'étant adapté ni à l'installation d'un pont-levis, ni à la manoeuvre de ce dernier, quelles modifications ont donc été apportées à l'environnement du Bastion, au cours du temps ?


Le Bastion a été construit sur une petite île !

x

Le Bastion a été construit sur une île, ou plus précisément sur de gros rochers situés à une bonne dizaines de mètres de la plage de Menton.

La carte d'État-major ci-contre, du XIXe siècle, permet de s'en faire une idée.


x

Ce tableau, que l'on peut voir sur le site Internet de la ville de Menton et que nous avons partiellement flouté en attendant l'autorisation de l'afficher sur notre site, montre qu'un escalier (que l'on sait avoir été en bois), conduisait du niveau de la mer jusqu'à la porte d'accès au Bastion, porte protégée par un pont-levis.

La porte actuelle d'entrée du musée, située au niveau du quai Napoléon III, n'existait alors pas. Elle aurait été au niveau de la mer et donc dangereuse en cas de mer agitée, avec possibilité de pénétration de vagues dans la partie du bastion réservée aux munitions.


Depuis la construction du Bastion, et tout particulièrement au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, les Mentonnais ont gagné du terrain sur la mer.
Leur Bastion n'est désormais plus entouré d'eau, son pont-levis a disparu et son escalier en bois a été remplacé par deux escaliers en pierres donnant accès à un balcon soutenu par cinq voûtes.


Le Bastion à travers les siècles.

Le Bastion à travers les siècles.

x

L'ensemble architectural actuel du Bastion, avec ses deux escaliers monumentaux et ses voûtes gracieuses, a peu l'aspect d'un outil « militaire » potentiellement efficace. Mais il faut se rappeler que cet ouvrage a près de 400 ans ! Or, chacun sait qu'une fortification, toute puissante soit-elle au moment de sa construction, perd très vite de son intérêt tactique dès lors que l'armement d'attaque évolue. Et ce dernier évolue souvent très très vite !

Pour les Mentonnais, le Bastion est donc un symbole du passé, mis en valeur touristique tout particulièrement dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Il a été récemment restauré et est actuellement embelli par de nombreux effets de lumière.


Très court historique de Menton et de son Bastion.

x

Entre les années de construction du Bastion et la Révolution française, Menton demeure une seigneurie dépendant des princes de Monaco.

En 1793, au cours de la Révolution française, et jusqu'en 1814, la principauté de Monaco et ses villes seigneuriales (Roquebrune et Menton ) sont intégrées à la France. Le Bastion devient alors un élément du poste fortifié frontière français qu'est la ville, portes de la France.

En 1814, le prince de Monaco reprend l'intégralité de ses possessions d'avant la Révolution française mais passe vite sous la protection du roi de Sardaigne.

En 1848, Roquebrune et Menton profitent des révolutions et agitations européennes pour se déclarer « villes libres » administrées par le roi de Sardaigne ; statut qu'elles conserveront jusqu'en 1860-1861. Pendant cette période, le Bastion n'est utilisé que comme grenier, entre autres à sel.

En mars 1860, Napoléon III (empereur des Français) et Victor-Emmanuel II (roi de Sardaigne, Duc de Savoie, Comte de Nice...) signent le traité de Turin, prévoyant la « réunion » [terme officiel du traité] à la France, du Duché de Savoie et du Comté de Nice ; réunion applicable après le résultat d'un plébiscite populaire parmi les populations concernées.

À cet effet, les 15 et 16 avril 1860, le royaume de Sardaigne organise le vote de la population (masculine), dans le Duché de Savoie et le Comté de Nice ; et il en profite pour organiser en même temps le même plébiscite dans les villes de Roquebrune et de Menton qu'il gère depuis des années.

Comme on pouvait s'y attendre, vues les circonstances internationales de l'époque, le résultat de chaque plébiscite est largement en faveur de la réunion à la France. Mais alors que la Savoie et Nice sont immédiatement intégrées à l'Empire français, pour Roquebrune et Menton il faudra attendre le 2 février 1861 avec la signature du Traité de Paris par Sa majesté l'Empereur des Français (Napoléon III) et Son Altesse Sérénissime le Prince de Monaco (Charles III), traité par lequel le prince abandonne officiellement ses droits sur les deux villes en question moyennant le versement en numéraire d'une somme de quatre millions. La Bastion devient alors une prison.

Aussi curieux que cela puisse paraître, la ville de Menton n'avait alors pas de port ! Dès que sa réunion à la France est effective (1861, donc), l'aménagement d'un port est voté et les travaux dureront 17 ans.
Lorsque la jetée du port est construite, elle passe au niveau du Bastion et en constitue les escaliers d'accès à la porte d'entrée et les voûtes.


Le Bastion en février 2022.

Le Bastion en février 2022

x

Pendant la « Fête du citron 2022 », le soir, le Bastion était illuminé par des projecteurs colorisant certaines parties de ses façades dont, entre autres, des dessins de Jean Cocteau transcrits en tableaux réalisés avec des galets de plage.
Photo Cima Evelyne de 2022.

x x x

Les mêmes tableaux vus le jour, sans leur coloration.

x

Sur la face Ouest du Bastion est projeté un dessin de salamandre de Jean Cocteau.
Photo Cima Evelyne de 2022.


La suite de ce dossier (entre autres l'intérieur du Bastion), sera pour... plus tard !


.

Commentaires

Commentaires
Commentaires

Commentaires d'Internautes

Grazie delle notizie. Zulu.
Merci toujours très intéressant. Beaucoup de recherche. Guy S.
Bonjour Raymond et Evelyne.
Bien reçu... et lu !
👍joli travail comme d'hab ! SLL.
Cher Raymond, merci pour la photo de la fortification de Menton que j'attends.
Cordiali saluti.
Ferruccio R.

.
.
.
.
.
.
.
Retour à la page d'accueil
E-R Cima, kaff.